Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Harper, une appelation d'origine non contrôlée...

Illustration
Dans la vie il y a deux choses essentiel à retenir. Premièrement ne jamais remettre à plus tard ce que l'on peut faire dès maintenant : comprenez que lorsqu'on tient un bon début de match il ne faut pas laisser l'adversaire revenir. Deuxièmement ne jamais revoir son ex ! Cela nous rend forcément nostalgique et l'on va souffrir encore plus. Hier soir en terre bourguignonne, les limougeauds adeptes de la procrastination en ont été pour leurs frais avec une défaite 80-78 et un flamboyant Demonte Harper à 24 points et ceux malgré un déroutant Appleby à 27 points. Analyse...

jean claude nenadusse


Le Limoges CSP démarre cette 13e journée avec un cinq de départ récurrent à savoir : Appleby Beaufort Lang Nikolic Chassang. Après avoir laissé tranquillement Harper et Williams scorer les premiers points, le jeu limougeaud se met en place à base de rebonds et d'attaque rapide. Cela porte ses fruits puisque Tyree Appleby et ses partenaires prennent les devant. Papy Vucevic prend un temps-mort et réclame plus de contact en défense. Ilias Kantzouris quant à lui maintient sa zone qui gène énormément les locaux. Kenny Goins à longue distance porte le score à 17-11. Oui mais voilà le temps des rotations. Et qui dit rotation, dit Nemanja Nenadic. L'arrière serbe c'est un peu notre Jean Claude Dusse à nous : il fonce, il oublie qu'il n'a aucune chance et même sur un malentendu ça ne marche pas. Avec un jeu totalement désorganisé, le CSP voit l’Élan Chalon revenir au score 17-17 grâce à un Aleksej Nikolic clinique.
Durant ce second acte on voit le cercle chalonnais subir des bombardements comme la Bande de Gaza avec des artilleurs limougeauds tout aussi concernés par la précision que l'armée israélienne. Kameron McGusty nous fait le remake de "Par où t'es rentré on t'a pas vu sortir". Il faut dire que sa spéciale glissade façon Jerry Lewis a le don de nous agacer (Ilias Kantzouris l'a peut-être envoyé à Décathlon Chalon Sud pour acheter des crampons). Nicolas Lang maintient un peu le scoring mais le box out au rebond ne fonctionne plus et les chalonnais s'envolent grâce à un Demonte Harper bien décidé à nous faire regretter de ne pas avoir inclus dans son contrat deux années fermes en août 2021 ! Malgré un tir primé d'Ugolin, Antoine Eito nous fait passer pour des charlots et la mi-temps est sifflée sur le score de 46-33 pour l’Élan.

appleby late show


La seconde mi-temps démarre par un nouveau tir longue distance d'Harper qui porte l'écart à -16. Vucevic a dû regardé les VHS du CSP 2021/2022 et comme Cancellieri il a décidé de lui laisser les clés du camion. Seul note d'espoir chez nous, Harper se voit siffler une troisième faute personnelle très rapidement. De son côté, Nicolas Lang est obligé de sortir après avoir reçu Kenny Baptiste en mode Chabal dans le buffet. Après avoir été trop permissif envers la base arrière locale, les hommes de Kantzouris reprennent du poil de la bête dans le sillage du zébulon Appleby qui récite toute la gamme du parfait petit meneur : 3 points, lay-up, pick and roll, interceptions etc... On revient même à deux unités d'écart dans une paisible "remontada". Et ouais Chalon c'est pas Gijon, c'est pas Valladolid ! Malheureusement Alexandre Chassang perd deux ballons coup sur coup et le momentum semble passé. Harper lui ne remet pas son travail à plus tard et il redonne de l'air à son équipe. 65-57 pour Chalon à la fin du troisième quart. Quel dommage !


Le dernier acte sera le bal des rendez-vous manqués. Nikolic, le nôtre cette fois, se signale enfin et se rappelle à son bon souvenir qu'il peut aussi shooter à deux mètres du cercle. Appleby continue son festival malgré un capot qui fume. Simi Shittu est dissuasif en défense et pas trop maladroit en attaque donnant ainsi le change à Gaudoux. Harper, malgré quatre fautes, continue son chantier. Le CSP a la possession pour enfin passer devant mais...c'est Nemanja Nenadusse qui se charge du shoot. Derrière je vous laisse faire l'analyse ! Chassang est enfin trouvé à l'intérieur. Nikolic, l'autre le slovène, nous sanctionne. Avec détermination (et le poids mort Nenadic) les cerclistes ne sont qu'à trois unités dans la dernière minute après un dunk rageur de Nikolic, le nôtre. Eito rate son lay-up à 15 secondes du terme. Limoges aura la possession pour égaliser. Malin comme un yougoslave, Vucevic demande à ses joueurs de faire deux fautes pour envoyer Limoges aux lancers. Beaufort manquant son deuxième, Chassang craque à deux mètres du bol de sangria pour l'égalisation et une prolongation. Qui sait ce qu'il se serait passé, mais l'Elan Chalon l'emporte 80-78.

ilias il faut qu'on parle

On l'a bien compris, le coach grec de notre Limoges CSP a la tête aussi dure qu'une pierre du Parthénon. Les dossiers Doolittle et Wojciechowski nous l'on prouvé même si les joueurs en étaient grandement responsables. Si l'on doit reconnaître un jeu bien plus abouti que le projet Cancellieri visant à jeter un ballon au milieu et "andiamo", on a beaucoup de mal à accepter son stakhanovisme à aligner coûte que coûte Nemanja Nenadic dans les moments importants. Loin de nous l'idée de lancer une cabale contre le serbe mais il faut reconnaître qu'un Ugolin (Lang étant sans doute blessé hier soir) ou même un McGusty à froid aurait été plus opportun pour un shoot décisif. Espérons que le dieux de l'Olympe parlent au grec pour les prochains matchs car sinon à force d'être têtu on disparait des magazines !

  • Autour du match
  • Commentaires (51)