Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Un clasico dans le Top8

Illustration

Il y a très longtemps que le Clasico n'a plus de saveur que pour les connaisseurs. Faute à un CSP instable capable de se ramasser face à des palois pourtant habitués au ventre mou du championnat. Cette année, la donne a changé : les dollars affluent dans les pyrénées alors que le CSP parti de loin s'est bâti une identité et capitalise sur une défense de fer. Alors duel de haut niveau ou pschit dont seule la LNB a le secret ? Réponse dimanche dans un Beaublanc limité à 2000 spectateurs mais devant les caméras de BeIn Sport 3 avec Fred Weis au micro. Présentation.

Classicooooooooooo........
et oui c'est LE match de l'année, celui qui est interdit de perdre, et que tous les joueurs de Limoges doivent avoir en tête depuis le début de saison. En plus, les deux équipes sont dans le haut du tableau et jouent pour une place en playoffs. Et si l'on doit retrouver nos ennemis jurés, il vaudrait mieux que l'on soit mieux classé qu'eux pour avoir l'avantage du terrain, parce que c'est primordial, même si le COVID perturbe ce paramètre avec les jauges et autres dispositions contraignantes.

Le point administratif Palois :
Après quelques années compliquées pour les deux clubs, on arrive à une ère nouvelle pour Pau. Et oui ils se sont fait racheter par des américains. Non pas leurs anciens joueurs NBA, mais par le groupe CSG (Counterpoint Sport Group). Ils prévoient la construction d'un complexe immobilier hôtelier, d'une académie de sport et l'ouverture au supporters de l'actionnariat du club via des tokens dématérialisés. Ouf ça en jette un max ! On va droit vers un ASVEL bis... si ça va jusqu'au bout, mais rien n'est moins sûr tant les américains peuvent se montrer "volatiles", en attendant ils semblent bien avoir bossé leur "dossier".


L'effectif :

Alors on ne va pas se mentir, pour le moment, les dollars américains ne sont pas encore très visibles dans le choix des joueurs. Une belle équipe, bien structurée et avec quelques noms connus, mais pas non plus de quoi faire trembler le championnat.

Les meneurs :

Justin Bibbins est arrivé la saison dernière. Après une grosse blessure à la cheville, il est revenu en forme pour sauver le club de la relégation. De ce fait, il a été prolongé d'une saison. Adroit de loin, créateur top niveau, rapide, un vrai général en plus sur le terrain. et une bonne humeur dans les vestiaires. A surveiller de près.

Brandon Jefferson est fidèle à la France depuis ses débuts pros. Passé par Orléans et Strasbourg, c'est un fort joueur ne nous le cachons pas. très adroit, de loin, passeur correct, il peut prendre feu et là c'est le drame pour ses adversaires. Quand il est bon, Pau gagne. CQFD, il faut donc le limiter le plus possible.

Les extérieurs :

Gregor Hrovat est Slovène. Sauveur de Cholet la saison dernière, il a attisé la convoitise paloiso-américaine avide de tout ce qui brille. Qui dit slovène, dit shoot fiable, une polyvalence de tous les instants mais pas non plus un leader né. Le type de joueur couteau-suisse. Tu le mets sur le terrain et il t'apporte de suite même sur de courtes séquences.

Jérémy Leloup est toujours là. 34 ans et toujours le loser que l'on a connu à Strasbourg. Sauf qu'il est à Pau. Ses stats sont en chute libre, il faut quand même lui rendre ses qualité de shooteur de loin mais il est moins rapide donc il a moins souvent l'occasion de faire des cartons.

Giovan Oniangue est un palois refoulé. Il a dit dans la presse qu'il aimait qu'on le siffle comme on le fait pour les palois de souche en général. Et bien de ce fait, ses qualités de joueur on s'en fout, on va juste lui mettre une pression de fou pour qu'il se troue... n'est pas Lesca qui veut M. Oniangue, la base serait déjà d'afficher un physique ingrat et d'avoir grandi dans ce milieu néfaste. Vous n'avez rien de tout ça, vous êtes du palois de Wish.

Gerald Ayayi est le frère de Valériane AYAYI. J'adore, oups non je déteste. Il sera à n'en pas douter un excellent joueur dans quelques années. Il possède tout en magasin, il lui manque de la constance et une adresse de loin fiable.

Les intérieurs :

Dominique Archie s'est fait sa réputation à Châlons-Reims. Bon de loin, poste 4 puissant et mobile. 34 ans donc beaucoup d'expérience et de malice. Leader et performant des 2 côtés du terrain. Un gros client pour nos intérieurs.

Vitalis Chikoko a fait toute sa carrière en France. Beaucoup à Pau puis à Levallois et de retour à Pau. Il vaut 10pts et 6rbds. Mais il a surtout des mains hyper-fiables dans la raquette, pas de shoot de loin, il ne prends jamais un tir à plus de 4m. Il faut lui interdire la peinture, attention il est aussi un excellent passeur.

Marc-Olivier Lasserre est un espoir qui grapille quelques minutes grâce aux COVIDÉS.

Hamady Ndiaye a été drafté par Washington en 2011 où il a fait 2 saisons. Le Sénégalais fait 2m13 et à 34 ans. Il est puissant, fort au sol. C'est un bon contreur avec une grosse envergure. il vaut 7pts 4rbd et 1,5 ct par match.

Landing Sane est un éternel espoir. Le problème est qu'il a 31 ans. Sa carrière aurait dû être bien meilleure mais pas assez travailleur, et un tir de loin compliqué pour un poste 4. Pas assez lourd pour gérer les gros d'en face. Lui, il faut le jouer pour le mettre en difficulté dès qu'il est sur le terrain.

Enzo Shahrvin est peut-être le jeune qui arrive à prendre des minute le plus régulièrement. Les grands Palois sont tous au dessus des 30 ans, alors ils ont besoin de souffler.

L'analyse :

L'ana... quoi ?! Il n'y a pas d'analyse sur le Classico ! Il faut donner ses tripes, ne rien lâcher jusqu'à la fin du match. Il faut maitriser son rebond, défendre cm après cm, appuyer là ou ça fait mal. Se servir de tout le public Limougeaud (enfin les 2000 abonnés et partenaires), être solidaire, aller à la guerre ensemble et vaincre comme un seul homme.

Notre coach va mettre une intensité de folie à n'en pas douter, il faut être prêts dans les têtes, dans les jambes, dans le coeur, et messieurs les joueurs, si vous remportez ce match, vous aurez réussi votre saison pour tous les supporters.

Beaublanc ne pourra pas rugir comme s'il était plein, mais on sera tous derrière vous, dans la salle, derrière, nos écrans sur BEin 3, à la radio, au fin fond de pays étrangers, dans les Dom Tom, sur la Lune, sur Mars et aux confins des galaxies.

L'univers vous regarde, soyez fiers de porter les couleurs du seul club de basket Français vainqueur de toutes les coupes d'Europe.

A jamais les premiers.
Vive la République et vive la France (Marseillaise...)

  • Autour du match
  • Commentaires (19)