Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Nenadic l'insecticide

Illustration

Dans un match intense et agréable à regarder malgré un peu de déchet côté limougeaud, Nemanja NENADIC a éclaboussé la soirée de son talent dans tous les domaines 22pts 10pds et 8rbds égalant au passage le record d'éval de la saison avec 33 ! Blois qui a montré un joli basket patient et intelligent n'a pas pu résister aux coups de butoir des Shittu, Ugolin et autres Nikolic. Analyse.

En voilà une qui fait du bien

Déjà parce que c'est à domicile, mais aussi parce que Blois sera clairement dans le même panier que Limoges au printemps et ces quelques points grapillés, y-compris le triple d'ugolin au buzzer, auront sûrement un poids non-anodin au moment de sortir les calculettes.
Une qui fait du bien aussi parce qu'on a vu du basket qui fait plaisir. Pas exempt de déchets, en particulier dans les pertes de balles ou les oublis au rebond défensif , Ce CSP version Kantzouris joue globalement juste. On ne tremble plus sur les montées de balle, on organise des choses en zone offensive, on varie les plaisirs intérieurs/extérieurs, et cerise sur le cageot, on a même du spectacle. Alors oui, on est parfois un peu trop au large, oui certains shoots un peu "casse-croûte" auraient mérité plus de patience ou de construction, mais dans l'ensemble on joue au basket.

La mène ?

Adieu les séries de dribbles stériles dans le logo, adieu les chevauchées de croqueur solitaire pour espérer au mieux un coup de sifflet. Certains se plaignent d'une faiblesse à la mène ? Beaufort a 20 ans et Appleby s'adapte (lentement) au jeu européen… mais Nenadic, c'est du poulet ? Le gars passe la moitié du match à monter la balle et poser le jeu et on entend encore des complaintes parce qu'il est répertorié comme 2. Attention spoiler : NOTRE MENEUR TITULAIRE EST SERBE ET S'APPELLE NENADIC.

Si Appleby débute les matches et est clairement le projet du coach (en cours de façonnement) c'est bien l'ami Nemanja qui a été aux manettes pendant les temps forts. Le serbe a donné le tournis aux blésois avec ses passes millimétrées dans le dos, main gauche… un vrai récital. Du tir, de la pénétration, de la fixation… ce soir on a vu un très gros joueur ! Alors certes il a mis quelques ballons dans les panneaux de pub et il a raté deux lancers-francs. Et j'ai envie de vous dire tant mieux ! Sinon il jouerait en EuroCup ou en BCL et pas à Limoges. Les nostalgiques de Bourgain (dont le bling-bling BCM est à 0-6) ou de Palmer devront ce soir tirer leur chapeau à Kévin Anstett parce que les Nenadic et les Nikolic c'est autre chose que les floppées d'américains peu concernées qu'on a vu défiler depuis des années.

Le match

Pour résumer, disons que Blois affectionne les quart-temps impairs et le CSP les pairs (notez que c'est plutôt bon pour nous !). Histoire de vérifier l'adage que nous avons promis aux puants "supporters" parisiens : "QUI PART COMME UN LION, FINIT COMME… UN CON !". Force est de constater que nos amis de l'ADA ont bien démarré les mi-temps mais n'ont pas su installer leur domination, laissant le CSP revenir encore et encore. Limoges a en effet donné cette impression d'être au dessus mais de ne pas parvenir à prendre les commandes durablement. Si Blois était devant au score, les limougeauds n'ont une nouvelle fois rien lâché et surtout pas paniqué. Bien emmenés par un talentueux Barbitch, un tout jeune meneur avec le jeu d'un vieux briscard d'expérience, l'ADA a su patienter pour trouver les joueurs ouverts, créer les décalages et exploiter les aptitudes physiques de Josh HAWLEY (18pts) ou la masse de l'autre jeune Brice DESSERT (12pts 4rbds mais un chantier peu quantifiable… quel joueur !). L'ancien meneur limougeaud devenu coach de Blois Mickael HAY a su installer un jeu très intéressant chez les pensionnaires du jeu de Paume et il n'est pas si curieux de les voir titiller à peu près tout le monde.
Si Blois tentait par tous les moyens de s'échapper, il y avait toujours un Nico LANG, un Lucas UGOLIN ou un Danilo NIKOLIC pour caler un petit 3pts qui coupe l'élan. Ce soir, SHITTU a obtenu à la fois son diplôme de kiné en massant des côtes pendant 23min (pour 10pts et 8rbds) mais aussi sa certification de contrôleur aérien avec officiellement 2 contres (8 ressentis) et 4 fautes provoquées. La menace des grandes paluches anglo-canadiennes a clairement modifié les trajectoires près du cercle et dissuadé des velléités de balade dans la peinture. Ajoutez à cela quelques dunks d'une violence exhutoire et vous avez un très bon passage du pivot à la goffa !

A bien y regarder, hormis les passages discrets de Wojcie et Beaufort, c'est bien la garde américaine qui a fait baisser le niveau du CSP sur cette rencontre. Appleby est clairement "en formation"… imaginez le gros autocollant A rouge au dos du maillot du meneur de Wake Forest, et McGusty… ahhh McGusty, il vient comme il est ! Si le jeune homme paraît sympathique et plutôt doué au 1 contre 1, il semble bien difficile de le voir s'intégrer à un collectif à ce stade de la saison. Donnez-lui 2m d'élan et il laissera son talent s'exprimer. Le problème c'est que sorti de ça, il ne propose pas grand-chose hormis des velléités défensives (ce qui le met au-dessus de bien 60% des US du championnat me direz-vous… à juste titre).
Le pire c'est que sur plusieurs rencontres, et encore ce soir, McGusty comme Appleby n'hésitent pas à jouer les ballons chauds du money time. Mais au contraire d'un Holston ou d'un Mike James ils ne font pas ça avec un passif en double-double mais ils y vont… même si ce sont les européens (oui je triche avec Shittu… mais je fais ce que je veux !) qui ont tenu la baraque pendant 38min. Un bien curieux assemblage mais après tout, pourquoi pas ?

Un grec qui confie les clés du camion à deux yougos, un anglo-canadien, un trident Lang-Ugolin-Chassang et qui compte sur la gnac des ricains pour grecquifier l'adversaire en fin de match ?! Ma foi… Si ça peut nous éviter la désolation aperçue l'an passé en fin de saison ou de sombres saisons où les pigisites se bousculaient pour venir faire des stats sans avoir rien à faire du bilan du club. Rêvons un peu… si nos US se piquent au jeu, se fondent dans ce collectif satisfaisant à regarder et choisissent mieux leurs tirs, n'irions nous pas vers une saison prometteuse ?! Il est trop tôt pour tirer des plans sur la comète, les équipes en zone rouge vont rapidement casser le PEL pour éviter une des 3 descentes… on verra si les supermen appelés à la rescousse à grand frais seront des solutions miracles ou si le choix d'un coach européen qui base son jeu sur des fondamentaux n'aura pas été la solution la plus lucide (et la plus économique) de ces 6-7 dernières années.

On a aimé

Nemanja Jesus FUCKING NENADIC : Cet homme a plus de basket que 80% de la NBA. Voilà je pose ça là et je m'en fous de vos débats de GOAT, de ALL TIME, de Machin-truc. Dans Nemanja il y a MAN et c'est LUI le bonhomme ! J'en veux 3 comme lui l'an prochain M'sieur Anstett !!!

Simi SHITTU : En voilà un qu'on ne va pas garder longtemps. Comme Desi Rodriguez l'an passé, Shittu va vite attirer les convoitises. Un VRAI 5 qui contre, qui rebonde, pas manchot et qui a de la puissance. Ca faisait combien de temps qu'on n'avait pas vu un VRAI pivot à Beaublanc ?

Lucas UGOLIN : 21 ans ! A l'âge où certains arpentent les soirées STAPS ou infirmières, Lucas enfile les 3pts comme des perles. En sortie de banc ? Rien à f**tre ! Il dégaine et ça fait switch. En prime, il défend et maintenant qu'il a passé la tempête Massimo il a un mental en acier trempé.

Danilo NIKOLIC : Alors tout le monde voit ses shoots et sa ligne de stats (14pts 2rbds 3pds) mais combien remarquent sa défense, son sens de la relance après rebond, ses écrans, son jeu sans ballon ? Lui aussi récite un basket très solide et pose d'innombrables problèmes à la défense adverse. On ne saura jamais ce qu'aurait donné Doolittle mais mon petit doigt me dit qu'on n'a pas perdu au change.

Nico LANG : L'alsacien est égal à lui même. Sérieux, fiable, clutch. Il se retrouve dans ce basket organisé et applique à merveille les consignes. Allez, s'il ralaît un peu moins il serait sans doute encore un peu meilleur mais il a souvent raison…

Ilias KANTZOURIS : Pas de drama, pas de tête de turc. Du basket simple, organisé et de l'exigence. C'est rafraîchissant.

Milan BARBITCH : On le signe quand ? Le vice et la vista du père avec les cannes du fils, un terminator du basket français à seulement 21 ans.

Brice DESSERT : 20 ans et des épaules de déménageur. Il passe son temps à casser des cercles, à cela 2 raisons : des extérieurs qui savent le trouver, mais surtout un sens du placement et du démarquage impressionnants à son âge. Gros potentiel en Europe.

Le public de Blois : Qui s'est fait entendre dans Beaublanc et qui malgré cette outrecuidance sur nos terres s'est montré d'une grande sympathie. Comme quoi il existe quelque chose de bon entre l'illettré du Béarn (pléonasme), le désynchronisé de La Meilleraie (clap clap'lap) et l'allumé du Pirée. Le chainon manquant ?

On n'a pas aimé

Les pertes de balle : Je crois qu'à peu près tout le monde y a été de sa petite passe foireuse ce soir. De Nico LANG qui gâche une interception à Magic-Nenadic qui en met une dans le mur sur une mésentente… Les turnovers auront une nouvelle fois été la source de bien des tracasseries avec des blésois opportunistes qui ont très majoritairement transformé l'offrande. 14 "oups" ce soir… c'est encore trop.

Les rebonds défensifs laissés à l'adversaire : Cette saison nos adversaires explosent presque à chaque fois leur record de rebonds off. La faute à des choix défensifs trop laxes ? Non, si on y regarde bien les écrans retard sont plutôt bien exécutés… sauf un ou deux qui à chauqe fois se baladent allègrement dans la peinture et viennent remettre le couvercle. Et pour le coup, il n'y a pas que les américains qui "oublient" leur vis-à-vis.

L'arbitrage : Alors pour une fois, les postiers ne pèsent pas dans la décision du match mais ce sont plutôt leurs décisions lassantes qui viennent gâcher le déroulement d'un match très agréable au demeurant. Comme souvent, on va avoir du no-call courageux sur un joueur cadre qui se fait découper en montant au cercle mais on n'hésitera pas à dégainer de l'offensive inutile sur un écran un peu trop appuyé. Évidemment on s'empressera d'offrir des LF à un meneur filou qui en rajoute des caisses sur son premier pas en relevant le torse comme s'il avait pris un défenseur de NFL dans le buffet, mais on hésitera à qualifier d'antisportive le gars qui fait une prise de catch sur le bras opposé au ballon. Si certains passaient moins de temps à la muscu ou sous la lampe à UV et plus à regarder de l'EuroLeague, on pourrait grandement y gagner en fluidité dans le jeu de notre championnat si athlétique et pourtant si bridé par les fautes pour êtres fragiles.

Ali TRAORE : Je propose un crossover Ali Traoré / Benoit Cosset. Le journaliste qui fait la promo des fléchettes et de L'Equipe du Soir avec le consultant qui ne retient rien des temps morts ou qui tente des jeux de mots aussi efficaces que sa défense sur des pivots d'EuroLeague. On devrait atteindre un niveau proche de la disqueuse ou du grincement de 25 chaises d'écolier sur un carrelage pas ciré. Ma préférée de la soirée ? La diatribe sur les coaches qui refusent le micro-perche pendant les temps-morts... le tout en parlant par dessus un coach qui avait accepté la perche pendant un temps-mort ! "Alors Ali, il a dit quoi le coach ?" "Oh ben j'sais pas moi, je joue pas dans son équipe je connais pas les systèmes !". Si toi aussi tu en as marre de faire de la mise en rayon chez Aldi, tu peux devenir consultant Skweek, les compétences requises ont pas l'air bien ouf !

La suite ?

Loin de nous l'idée de nous laisser griser mais perdre dignement contre meilleurs que nous et prendre les matches à notre portée (ce qui a été le cas jusqu'ici) serait une façon singulièrement efficace d'affronter la saison. Les prochains à se présenter sont deux européens : Cholet qui s'est qualifié (à ma surprise générale) en BCL et Bourg qui repart en EuroCup. Les deux sont susceptibles de payer à tout moment des efforts trop importants sur la scène continentale. Honnêtement faire un sur deux serait déjà un bon bilan. 0/2 ne serait pas illogique, mais au vu des progrès constatés, espérer un 2/2 n'est pas non plus rédhibitoire. Et si on y réfléchit bien, il y a fort longtemps qu'on ne serait pas parti pessimiste face à un tel calendrier. Entre temps, Tours (NM1) devrait subir la foudre des rotations en manque de minutes et de stats dans l'optique d'un parcours ambitieux en coupe de France. Comme dirait l'ami Bolotny, dormez heureux… moi je vais reprendre des cours de serbe !

  • Autour du match
  • Commentaires (43)