Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Miracle à Beaublanc !

Saint-Pierre était parmi.nous. Le CSP l'emporte face au promu St Quentin (83-80). Après une première mi-temps laborieuse (38-53), le CSP a trouvé un bon timing offensif et une pugnacité défensive lui permettant de l'emporter de 3 points grâce à un tir au buzzer de McGusty. Beaublanc exulte (enfin presque tout beaublanc, seule... !)
Analyse.

L'équipe a fait honneur au maillot (83-80)

Le maintien sportif est bien engagé avec une nouvelle victoire à Beaublanc qui a montré en seconde mi-temps que l'équipe disposait d' un mental de dingo. Elle a défendu le fer, en dépit d'une carence chronique au rebond. Lang, Mc Gusty, Ninadic , Nikolic et Chassang ont réalisé une prestation de haute volée, éteignant au fur à mesure la maîtrise des visiteurs.

Jacqouille La fripouille pourrait résumer la rencontre avec deux mots (nuit/jour).

Un CSP dominé, à deux doigts de la rupture (38-53)

Après un tout début de match au coude à coude, le CSP a, progressivement cédé aux assauts des visiteurs en dépit d'un bon début de match de Ninadic, Lang et Chassang qui limitent la casse avant que Saint-Quentin creuse un écart de 15 points amplifié par un shoot au buzzer de Yvtach Ziv.
Les cerclistes sont dominés au rebond avec un Dominik Olejniczak, moissonneur sous le cercle. A cela, s'ajoute une adresse à trois points catastrophique avant qu'elle ne revienne à un étiage plus acceptable. La défense friable des locaux a laissé cette belle équipe de Saint-Quentin s'infiltrer avec succès dans la raquette limougeaude.

Révolte du CSP en seconde période (83-80)

On a assisté à un réveil collectif, un niveau de jeu toujours aussi satisfaisant de Ninadic, Lang et Chassang rejoints par Nikolic et surtout Mc Gusty auteur d'une belle prestation (14 points en 22 minutes ; 3:4 à trois points) avec ce tir assassin.
Focus sur Nenadic qui a réussi un gros, gros match avec une ligne de statistiques sans faille (14 points en 24 minutes . 2/4 à trois points, 100 % à deux points et aux lancers-francs ; 4 rebonds et 5 passes décisives).
Dernière minute :
Ce même Nenadic et McGusty n'ont pas eu la main qui tremble en toute fin de rencontre, prenant leurs responsabilités successivement avec succès, montrant indubitablement du talent. Beaublanc pouvait exploser. Clapping de fou. De la joie dans les tribunes.

LE TOP

Le mental de l'équipe , porté par Beaublanc, qui a vibré et appuyè les siens, les aidant à retrouver confiance.
Le renversement de situation est un beau moment de basket. Revenir de moins quinze n'est pas une mince affaire.

LE FLOP

Dans un match à grande intensité, qui s'est joué sur un coup de dé, grâce au talent de McGusty, la propriétaire du club local, se fait la malle avant la fin, échappant à un Beaublanc en liesse.
Madame, avec un tel comportement, vous ne semblez pas accorder au club l'attention qu'il mérite. Une proposition sérieuse s'offre à vous, à nous, soutenue par les partenaires locaux, les collectivités locales, les clubs de supporters et les amoureux du CSP. Pas d'hésitation, sortez en beauté.

Voyage à Monaco mardi soir !

Deux cultures ; deux palmarès ; deux fiscalités(enfin, une seule fiscalité applicable à l'ensemble des autre équipes de betlic élite et zéro pour nos amis du rocher). Tout nous oppose.
L'équipe monégasque, toujours agréable à regarder (un régal) est préoccupée par l'Euroligue. Elle est largement supérieure , dans tous les secteurs du jeu, à nos lascars.
L'équipe n'a rien à perdre. Tout peut arriver ! Même la victoire.

  • Autour du match
  • Commentaires (30)