Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Lutte des classes

Illustration

Nouveau coach pour un nouveau départ. TJ-népobro-Parker a (enfin) été débarqué par son frère après une série interminable de défaites en EuroLeague (17), mais bon il sauvait la face en championnat avec un effectif pléthorique. Le bondissant sélectionneur italien Gianmarco POZZECCO a pris la suite et a déjà mis fin à la disette... comme quoi ! C'est donc un ASVEL en pleine montée en puissance qui se présente à Beaublanc. Présentation.

Jean Marc Dupuis

Gianmarco POZZECCO ça claque ! Une fois francisé, ça sent le gars de la compta qui fait des vannes des Chevaliers du Fiel à la pause café. Heureusement, après avoir essuyé les refus de Gordon HERBERT (champion du monde que la fédé allemande a refusé de libérer) et de Sergio SCARIOLO (ex-sélectionneur de l'Espagne et tout juste viré de Bologne), Tony PARKER s'est "replié" sur la sensation POZZECCO, l'italien bouillant qui a ressuscité la Squadra Azura et qui s'est fait une spécialité de suivre les QT4 des matches couperets depuis le vestiaire où il se fait régulièrement éjecter. Un Massimo mais avec des schémas offensifs quoi ! La preuve ? Il vient de mettre un terme à la série record de 18 défaites d'affilée de l'ASVEL en EuroLeague. En s'appuyant sur un TLC (Timothé Luwawu Cabarrot) des grands soirs (19pts 6rbds) le coach italien a fait plier Kaunas dans le money time.

Money Money Money

Avec un budget annoncé à 21M€ dont 7,2M€ de masse salariale (le budget total du CSP est de 6,1M€ et sa MS de... 1,75M€ !!!) c'est une machine de guerre qui se présente sur le parquet de la cathédrale du basket français. Tous les postes sont doublés (voire plus), les CVs sont rutilants et en théorie c'est totalement injouable... en théorie. Sauf que St Quentin et Nanterre ont trouvé la faille ! (Je ne compte pas Monaco et ses 13M€... de masse salariale) Une si belle mécanique n'a besoin que d'un petit grain de sable pour défaillir. Alors si jusque là le grain de sable s'appelait régulièrement TJ, il va falloir compter sur un autre pour se transformer en silice. Le retour de blessure de TLC s'est accompagné de l'entrée à l'infirmerie de Noam YAAACOV, le jeune meneur israélien.

L'effectif

Les meneurs

Nando De Colo : on ne le présente plus, un des plus gros CV du championnat. Il vient finir sa carrière dans un club d'EuroLeague. Depuis son arrivée il a appris à perdre, comme en équipe de France. Il sait gérer les mauvais coaches, mais il sait aussi gagner un match à lui tout seul ou presque. Son nouvel entraîneur va lui donner les clés du camion, c'est certain. Il va le responsabiliser à mort pour qu'il soit en pleine confiance et là il va faire très mal.

Frank Jackson : il a un gros CV NBA mais il tarde à convaincre. On va mettre cela sur le dos de TJ, il n'a pour le moment brillé que contre des petites équipes. Quand il met de loin, il est très dangereux, parce que si vous sortez, il vous drive et finit au cercle. Le faire douter c'est la meilleure option.

Paris Lee : Vu à Orléans ou il a lancé sa carrière, en NBA puis à Monaco. Il continue son petit bonhomme de chemin avec des stats en pleine évolution. Un des seuls joueurs à s'en sortir au niveau statistique sous l'ère TJ Parker. Bon shooteur, bon manieur de ballon, bon passeur, et pas manchot en défense. Vous l'aurez compris un tout bon. AppleBy va avoir du travail avec lui.

Les extérieurs

Boris Dallo : Pourquoi ce choix? Certes c'est un bon joueur, mais dans une telle armada, on ne comprend pas trop ce qu'il fait là. De toutes façons il est blessé.

Edwin Jackson
: Après un retour manqué, il re-re-revient encore une fois. Ami de la famille Parker, il vient donner un petit coup de main, avec son shoot longue distance et surtout sa défense. Attention quand même, il fut un des plus gros attaquants de notre championnat et même en Espagne il a fait quelques gros cartons. Un GROS caractère... avec un coach explosif, on a peut-être moyen de sortir le pop-corn...

Charles Kahudi : 37 ans et de multiples blessures l'ont cloué au sol cette saison. Dommage, un des joueur de notre championnat que j'aime bien par sa défense, sa capacité à mettre dedans de loin avec un temps de jeu limité. Absent depuis le début de saison.

David Lighty : 35 ans et lui aussi est en fin de carrière. Le joueur clucth n'est plus, il ne sert qu'à défendre très fort quand il le peut et mettre à 3pts parfois. La dernière danse a sonné.

Timothé Luwawu-Cabarrot : L'ex-NBAer est là pour mettre des points, de partout. L'international est adroit de loin, il va vite vers le cercle, c'est l'arme fatale quand il est en confiance comme cette semaine en EuroLeague où il plie le match.

Les intérieurs

John Egbunu : 29 ans et une feuille de stats d'espoir. Mais il est là pour faciliter le travail des copains. Ses 2m11 seront toujours là pendant le match, il défend, protège le cercle et pose des écrans.

Youssoupha Fall : 2m21 ça pose déjà l'ossature du bonhomme. Des bras a n'en plus finir. Un timing pour le rebond pas mal. Rajoutez lui un jeu dos au panier et il devient un potentiel très bon joueur. Lui, il va nous faire mal, parce que l'on a personne pour vraiment défendre sur lui. La stratégie de Villeurbanne sera certainement de le servir près du cercle.

Joffrey Lauvergne : Encore un énorme CV. Blessé toute la saison dernière, il revient avec des intentions de montrer son vrai niveau. Gros défenseur, attaquant de pointe. Il peut mettre dedans de loin, courir, finir au cercle, son intensité va détruire Alexandre à n'en pas douter. Son petit soucis : les fautes.

Mbaye Ndiaye : 2m04 et une belle envergure. Il va pleuvoir des contres dimanche soir. Jeune mais en pleine progression. Il vient de Blois ou il était une pièce maitresse, il est maintenant dans un grand effectif, il faut qu'il fasse sa place. Il apprend vite et sera un tout bon.

Mike Scott : Un beau CV en NBA, arrive de nancy ou il était un des top-scoreurs. Il a baissé la voilure à Villeurbanne, mais il peut quand même certains soirs ressortir le calibre. Poste 4 moderne, avec un beau shoot longue distance. Encore un qui va poser des problèmes s'il est en confiance.

L'analyse :

On ne va pas se mentir, maintenant que cette équipe a un vrai coach, que celui-ci est capable de leur donner confiance et qu'il a déjà commencé à remettre le collectif dans le bon sens, ce match va être difficile.

Le CSP sort d'une grosse victoire à St Quentin et il fallait la prendre. Mais l'ASVEL vient de gagner son premier match d'Euroleague après 18 défaites. On ne va pas vous faire un dessin, en terme d'intensité ce n'est pas du tout la même chose.

Certains vont croire que les Rhodaniens vont être fatigués, mais ce serait oublier qu'ils sont entraînés pour jouer des gros matches tous les 3 à 4 jours. Il ne faut pas compter sur ce paramètre, Limoges doit sortir un grand match, sans balles perdues, avec une énorme défense et surtout une grosse adresse sinon on va en prendre 20... et ce sera normal.

Villeurbanne n'est pas à sa place au classement, ils vont remonter c'est certain, et ils seront dans le top 3 sans aucun problème. Sauf si la mouche sort trop souvent pour finir dans le vestiaire avant la fin du match.

La salle devrait être sold out, alors poussons notre équipe, pour que nos joueurs se défoncent pour remporter une énorme victoire à la maison... après tout, Beaublanc ne réussit pas trop à l'ASVEL alors qui sait ?

  • Autour du match
  • Commentaires (29)