Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

LE CSP SUBIT LES FRIMAS DE L'IBèRE

Illustration

Le CSP, new look, subit la foudre d'une remarquable équipe espagnole (67-84) qui a maîtrisé le tempo du match.Beau collectif, de belles individualités (Osetkowki MVP). Le courage n'a pas suffi. Après avoir montré du caractère au premier quart-temps (19-17), le CSP prend la foudre en deuxième période (15-28). Au contact à la reprise, les limougeauds subissant l'intensité des visiteurs, terminent à -17. Difficile pour les nouvelles recrues de se mettre en évidence, même si elles ont montré par séquences un potentiel évident. Analyse.

LE CSP S'INCLINE FACE à UNE FORTE éQUIPE ESPAGNOLE (67-84)

Après avoir mangé son pain noir contre Galatasaray mardi dernier, les cerclistes souhaitent manifester un sentiment de révolte et non pas battre en retraite contre un adversaire supposé supérieur. L'idéal serait de les limiter à moins de 64 points, malgré la volonté des espagnols de scorer a minima au-delà de 67, voire 70 points, ce qui semblerait être du goût des limougeauds (public et hors public).

LIMOGES S'ACCROCHE PUIS BAT EN RETRAITE (34-45)

Le CSP se révolte contre Malage (19-17)
Début difficile pour nos couleurs qui font face à une équipe espagnole qui met beaucoup d'intensité (5-12). Osetkowski artille. Puis, c'est le temps de la révolte avec un Yeguete présent dans la raquette. Limoges monte en intensité et Graves donne l'avantage aux siens au buzzer.

Malaga hausse son niveau de jeu (34-45)
Le suspens ne va pas durer longtemps. Unicaja va prendre les devants . Yeguete au dunk permet à Limoges de rester au contact (21-26). Temps-mort de Massimo. Le CSP continue de subir la puissance de feu de Malaga. Osetkowski toujours efficace. Séquence de tirs ratés des deux côtés. Hawkins et Jones sont maladroits. Thomas donne 7 points d'avance pour Malaga. Massimo use de son dernier temps-mort. Unicaja nous enfonce dans la peinture. Enfin, clou de la période : possession du CSP, Interception des visiteurs et panier (34-45).

LIMOGES RéSISTE PUIS LÂCHE (67-84)

le CSP remporte le quart-temps
Début de quart-temps difficile. Jones perd la balle. Il est puni par Malaga (36-50). Matthieu fait un bon passage : tir primé, rebond. Le CSP revient à moins huit (42-50). Carter nous fait mal (42-56). Le CSP est au bord de la rupture. Graves limite la casse. Kadji est enfin en réussite. Kyslink permet au CSP d'être à moins 10 (50-60) même si Jones rate l'immanquable sous le cercle. Limoges n'est qu'à moins dix à la fin du troisième quart-temps (53-63).

Malaga donne le coup de grâce au CSP (67(84)
Le CSP reste en vie de longues minutes. L'écart se stabilise autour de 10 points. Yeguete a de plus en plus de mal à résister face aux intérieurs ibères. Le jeu des limougeauds en attaque se délite. A 55-73, une attaque a du mal à aller au bout, interrompue par la vivacité défensive des espagnols qui marquent en contre-attaque. A 55-75, la messe est dite. Le CSP est resté longtemps scotché à 7 points inscrits. Les intentions n'y sont plus. Ugolin laisse filer une balle qu'il avait pourtant récupérée . L'écart était trop important ce soir entre les deux équipes.

UNE POULE DE CHAMPIONS LEAGUE RELEVéE

Fini le temps où la compétition de la FIBA était le parent pauvre des compétitions européennes. D'année en année, elle passe à devenir la deuxième compétition européenne derrière l'intouchable Euroligue. D'ailleurs, les instances de l'Euroligue aspirent à se débarrasser de l'Eurocup trop coûteuse. Tout ça pour dire que le CSP a rencontré deux très fortes équipes contre lesquelles il a été extrêmement difficile de lutter. L'AEK Athènes est a priori plus accessible.

Paradoxalement, cette défaite nette et sans bavure est porteuse de belles promesses concernant nos recrues. Tomas Kyzlink, Malcom Miller et Kenneth Kadji, ont montré face à une telle adversité de réelles qualités, même si l'arrivée récente pour les deux derniers et l'impréparation pour Kadji expliquent leurs rendements pas encore suffisants. Impliqués, ils apparaissent talentueux dans un registre pourtant différent de leurs prédécesseurs.

Quant à nos valeurs sûres, Lang, Jones et Hawkins, seul le premier s'en est à peu près bien sorti, alors que la défense adverse l'avait particulièrement ciblé. Hawkins a été agçant, dans un très mauvais jour. Jones n'a été guère mieux.

Enfin, Graves a joué au niveau de nos adversaires du jour. De l'adresse, des passes décisives même s'il a perdu des balles comme les copains.

Félicitations à Matthieu Wojcie qui par séquences s'est illustré de nouveau et s'est battu comme un beau diable à l'instar du toujours combatif Wilfried Yeguete qui a eu de sacrés clients face à lui, Malaga possédant un secteur intérieur de haut niveau.

Enfin, par son coaching , Massimo a fait au mieux, en variant ses compositions d'équipes ; ses options et en optimisant ses temps-mort, en essayant de couper au mieux tout temps fort adverse. Intégrer trois nouveaux joueurs dans des systèmes offensifs pas toujours bien huilés n'est guère facile. Notamment dans une période où le CSP dispute deux matchs par semaine.

Mettre un bourg pif à l'équipe de petitout

Retour au quotidien dès ce week-end. Deuxième rencontre en si peu de temps face à Bourg-en-Bresse et son entraîneur majeur mis à l'index par le public limougeaud.
Encore une équipe en difficulté, de surcroît un concurrent au top 8, qu'il ne faudrait pas remettre sur les rails.
Le potentiel est là face à une équipe elle aussi impactée par deux rencontres par semaine. Le match est dans nos cordes.

  • Autour du match
  • Commentaires (38)