Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Ceux qui m'aiment iront à Saint Chamond...épisode II

Illustration

"Voir Saint Chamond et mourir", voilà la boutade qu'avait lancé votre envoyé spécial à ses amis au moment de la qualification du Limoges CSP pour la Leaders Cup 2023 dans la nouvelle Arena de Saint-Étienne Métropole. Le problème avec ce genre d'amis, c'est qu'ils vous prennent vite au mot et nous voilà donc embarqués dans un road trip à travers le Forez pour un week-end sportif dans tous les sens du terme ! Retour sur cette Leaders Cup...

arena - prendre sortie 16

Illustration

Appartement booké sur AirBnB, provisions faites, playlist musicale partagée, nous voici prêt un voyage de trois jours placés sous le signe du sport et de la convivialité (ouais bon un gros week-end de beuverie entre potes...). Depuis Limoges, il faudra compter pas tout à fait quatre heures de route via les autoroutes A20-A89 puis A72. Je vous conseille tout de même de ne pas faire confiance au GPS d'un SUV SEAT qui opte pour une découverte du col de la Moreno et du Puy de Dôme à proximité de Clermont-Ferrand. C'est beau mais c'est loin et courbé... Ensuite vient la découverte du Forez, de Saint-Etienne et son agglomération qui rappelle les plus belles heures de Bagdad sous les bombardements. C'est alors que l'on découvre le fameux panneau "Saint Chamond" trois fleurs au concours des villes et villages fleuris ce qui est bien mais pas top. Prenez garde tout de même au côté espiègle des agents de la DIR Centre-Est qui indiquent sur leur panneau "Arena - Sortie 16" ce qui vous amène à découvrir le centre ville couramiaud mais c'est un peu con puisque la sortie 17 vous dépose au pied de l'Arena. Soucoupe blanche au pied du massif du Pilat, on peut dire que l'aspect esthétique de ce complexe est réussi. En revanche on retrouve tout de suite le savoir faire français en matière de génie civil (à 31M€ quand même) avec une route d'accès (et donc de sortie) unique et un parking automobile sous dimensionné. Je ne vous cache pas que le guichet d'entrée unique ne fut pas trop dérangeant pour le match du CSP à 13h00 (#MeilleurPublicDeFrance...). En revanche, il ne fallait pas arriver en retard pour les matchs suivants. Une fois à l'intérieur de cet équipement dédié au SCBVG et où le rouge est de rigueur, on se déplace assez facilement et l'on découvre la belle surprise du week-end avec une offre tarifaire aux nombreuses buvettes très avantageuse et dieu sait qu'à 5€ la pinte, ils ont en entendu du "limougeauds allez allez" dans les coursives ! Concernant le "snaking" ? Ben en vrai j'en sais trop rien car de toute façon "manger c'est tricher" !

la Leaders Cup une fête commerciale ?

Illustration

Être limougeaud et venir assister à la Leaders Cup c'est un peu comme renier les valeurs de Georges Guingouin et l'on a vite le goût amer de la collaboration dans la bouche (en plus du goût du houblon bien sûr). Il faut dire que la société d'évènementiel sportif "Sport Plus Conseil" de Pascal Biojout, organisatrice du All Star Game, de l'Open de Tennis de Limoges et où figure parmi ses actionnaires un certain Gaëtan Muller de l'ASVEL..., met le paquet à grand renfort de speaker à voix testostéronée, de grands écrans et d'une production vidéos à faire blêmir une caméra de Keemotion. Cette Leaders Cup c'est un peu la fashion week des agents de joueurs où l'on retrouve les plus belles sneakers Autry et autres doudounes Jott. Ils ont même droit à un espace privatif au premier rang tels des maquignons à la foire aux bestiaux de Saint-Yrieix la Perche. C'est tout même plus seyant (et pas Seillant hein !) que ce vilain maillot des Mets 92 "Wembanyama" , best-seller de la boutique LNB (100 exemplaires vendus le samedi), que l'on a retrouvé à tous les coins de l'arena. Côté tribunes on assiste au Game of Thrones avec la présence de Jean Pierre Siutat au côté d'Alain Béral (les copaings !) semblant indiquer que le candidat désigné FFBB, Philippe Ausseur, aura de forte chance de remporter la timbale. En tout cas, il ne faisait pas bon être un petit four au buffet du salon VIP avec pas moins de deux grandes réunions du concile du Gier.
Côté sportif, je ne reviendrai pas sur la prestation des hommes de Saint Pierre face à Dijon déjà évoqué dans le formidable article wampassien "Ceux qui m'aiment iront à Saint Chamond, c'est à côté de Firminy (ouh ouh)". En revanche, ce qui fut frappant sur cette compétition, en dehors du prix des bières (5€ la pinte nom de dieu !), c'est l'intensité physique nécessaire pour aller loin dans cette compétition avec un ASVEL en mode rouleau compresseur. Même la JL Bourg, vainqueur surprise de Monaco en quart de finale, n'a rien pu faire. Et pourtant avec un James Palmer Jr à 21 points de moyenne sur trois rencontres, elle fut l'une des belles attractions du week-end. De là à dire que Frédéric Faut...est un bon coach, c'est un pas que nous ne franchirons pas. Il faut tout de même reconnaître que cet effectif, qualifié en playoffs d'Eurocup, a fière allure et semble plus Feng-shui que sous les ordres du frugal Laurent Legname (présent en bord de parquet aux côtés des nombreux agents). Si la Leaders Cup n'est pas une fin en soi, elle est tout de même un bon indicateur des forces en présence pour la dernière ligne droite de Betclic Elite. En tout cas, il faut user de toute la mauvaise foi limougeaude pour dire qu'elle n'a aucun intérêt sportif d'autant plus que ce format existe à la même période dans l'ensemble des championnats européens. Se pose plutôt la question alors de sa fusion avec le format quasi-identique du Top 8 de Coupe de France dans une période où de nombreux soldats manquent à l'appel dans les clubs. Nous les exilés limougeauds, les parias du basket tricolore nous pourrions écrire une nouvelle Lettre à France...(ah France...).

Saint Chamond 2024 ?

Illustration

Peu importe le choix du site d'accueil pour l'édition 2024, même si Saint Chamond bénéficie d'une option 1+1, la décision de décentraliser la Leaders Cup redonne un semblant de ferveur populaire autour de cet évènement et l'on y passe de belles journées. Quand c'est bien, il faut savoir le dire aussi. Les supporters de partout étaient présents, sauf de Limoges, avec une affection toute particulière pour les nombreux fans dijonnais qui semblaient inquiets le vendredi à 12h30... C'est pas faute de les avoir rassurés pourtant ! Hors de question de retourner au pays de Walt et de sa souris, surtout avec une pinte de bière à 14€. On se laisse à penser dans les milieux autorisés que l'offre hôtelière du Forez était un peu réduite et que les cardinaux du concile était un peu chafouins sur le sujet. On ne peut pas leur donner tort sur les possibilités de restauration locale car avec un match terminant à 22h30, se restaurer à Saint Étienne relève plus de Ninja Warrior que du Guide Gault et Millau. Non parce que l'adage "manger c'est tricher" c'est bien beau mais quand tu as "trinquez, buvez, gagn...non pas le CSP" toute la journée, l'apparition d'une fringale dans la nuit stéphanoise est un grand risque. Laissons nos amis de la LNB s'écharper mais moi en tout cas je pourrai dire à mes petits et arrières-enfants, tel un ancien combattant ou plutôt un survivant : "Voir Saint Chamond et mourir" je l'ai fait !!!

*l'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. Oui mais c'est qui d'abord ce Monsieur Modération ?

  • Autour du match
  • Commentaires (38)