Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

il est temps à nouveau...

Illustration

Puisque nos dauphins sont dorénavant des rois, que seul le silence s'impose. Puisqu'il revient à qui de droit de tenter les métamorphoses. Puisque les révolutions se feront maintenant à la maison et que lorsque le monde implose, ce ne sera qu'une nouvelle émission ! Il est vraiment temps à nouveau de prendre un souffle nouveau. Analyse d'une large victoire du Limoges CSP 90-67 en terre francilienne.

on peut se jeter à l'eau

Dans une salle Marcel Cerdan aux airs de Petit Beaublanc, Ilias Kantzouris aligne le même cinq majeur qu'en terre semi-allemande avec Appleby-Beaufort-Lang-Wojciechowski-Chassang. Après un démarrage sur un tempo de sénateur, le Limoges CSP mène de cinq points. Mais ce faux rythme n'est pas le bon et les Mets reviennent gentillement pour ensuite prendre les commandes. Les verts ce n'est plus qu'un système et Appleby est rappelé par la police anti-américaine. Lorant Foirestic nous propose une bonne vieille zone de départementale du dimanche matin mais force est de reconnaitre qu'elle nous met en grosse difficulté. Le "WAKE UP" du coach hellène durant son temps mort sera symbolique de ce premier quart qui se termine sur un 19-14 en faveur des locaux.


Le second acte démarre avec un air-ball de Nenadic. De monde meilleur on ne parle plus. La prestation de McGusty est digne de celle de son compatriote Appleby. Tevin Brown, de son côté, récite sa partition. Heureusement que Lucas Beaufort, au four et au moulin en défense comme en attaque, arrive à parfaitement maîtriser ce Monsieur Sherfield. C'est ensuite au tour d'Abdoulaye Loum de nous mettre au supplice (y'a zéro vanne là). Le seul motif d'espoir reste la troisième faute rapide de Carlton. Mathieu Wojciechowski conclura au buzzer pour tout juste sauver celle-là de mi-temps sur un 38-30 en faveur de Boulogne-Levallois.

le souffle nouveau

Non nous ne rêvons pas, ce n'est pas juste une illusion. Les limougeauds semblent métamorphosés pour la reprise. Ils font enfin courir le Spalding rouquin et ça nous rajeunit ! Face au pressing tout terrain mis en place par Kantzouris, Lahou Konaté se dit "où je vis ?". Nicolas Lang le rappelle à ses chères études défensives en prenant feu à longue distance pour coller un 19-3. Nemanja Nenadic se la joue Pete Maravich pour servir Wojcie près du cercle. Ce serbe est brouillon, il a les fils qui se touchent mais ça respire le basket "la bagarre" qu'affectionne Beaublanc. C'est ensuite Simi Shittu qui sort de son aquarium lui le poisson changé en homme. Il fait danser Carlton, qui au passage prend sa quatrième faute, et nous rejoue l'alter égo avec Appleby sur du pick and roll. 61-49 en faveur du CSP à la 30e minute. On a complétement défrisé le brushing de Foirest.


Le Shittu-Time continue en ce début de dernier acte. Sorokas par miracle et Brown maintiennent un point de pression pour éviter l'hémorragie. Les cerclistes ont mis les barbelés. Notre raquette est devenue Alcatraz.
Illustration
Kameron McGusty est inarrêtable. Appleby réussit un tir primé au buzzer et se la joue Jalen Hurts en envoyant une passe de quarterback pour le toujours actif Nenadic. L'écart enfle à +26. Kantzouris fait entrer Nkombou et Mouhri pour 2 minutes 30, ce qui calmera la fièvre des vieux indiens du temple. Le dernier nommé en profite même pour marquer son premier point dans l'élite. Le Limoges CSP l'emporte au final 90-67 avec un énorme 60-27 en deuxième mi-temps.

Voilà c'est pas fini y'a Paris

Voilà, c'est fini. On a tant ressassé les mêmes théories. On a tellement tiré chacun de nôtre côté, que voilà c'est fini. On va trouver un autre rocher petite huître perlée sans laisser trop couler de temps sous notre p'tit nez car samedi, c'est Paris...

  • Autour du match
  • Commentaires (15)