DNCCG

Un CSP, hors du coup, nanterré par les visiteurs

Illustration

Le CSP sans rythme, sans défense, incapable de se défaire de la zone concoctée par le coach visiteur, s'incline logiquement face à Nanterre (93-105). Pas d'énergie, trop de shoots lointains tentés (33) pour un jeu intérieur limité. Limoges dans un jour sans. Cerise sur le gâteau : une parodie d'arbitrage du trio avec un Maestre des grands soirs qui semblait un peu perdu. Il va falloir boire frais mon grand. Analyse.

LENDEMAIN DE COUPE D'EUROPE

Après la superbe prestation de mercredi, avec un CSP en mode européen, et l'absence de Desi Rodriguez pendant une période estimée à six semaines, beaublanc est partagé entre la satisfaction du travail accompli et la tristesse pour Desi, joueur majeur de l'équipe, apprécié par nous tous. Un pigiste compatible avec l'état d'esprit de l'équipe est attendu. Patience ! Non,Adrien Moerman ne reviendra pas. Effectivement, le CSP ne peut rivaliser avec Monaco à l'instar de Lyon pourtant doté d'un budget conséquent .

UN MATCH DISPUTé SANS éNERGIE (93-105)

Le CSP reçoit ce soir Nanterre.en espérant l'emporter et rester sur la belle prestation vue ce mercredi . Face à une équipe décimée par les blessures (Bibins, Brownn). Limoges s'est raté, sans avoir donné l'impression de renverser le cours du jeu.

Le CSP en mode catastrophe (33 -58)

Le CSP est dominé d'entrée par une équipe de Nanterre qui décide d'opter pour une défense en zone. Le CSP d'emblée a du mal à l'attaquer. Les banlieusards parisiens, en confiance et en réussite dominent outrageusement un CSP sans solutions (31-17). Le navire prend l'eau.

Le CSP, sans réaction, continue de subir la furia de Nanterre (33-58), qui joue juste en attaque avec en tête de pont Hornsby et Hallilovic bien relayés par Pinaut.

PAS DE MIRACLE EN DEUXIèME MI-TEMPS (93-105)

Beaublanc espère un retour de ses protégés qui ne viendra pas. Pas de retour significatif ce soir, même si le CSP l'a remporté lors des deux derniers quart-temps. Ugolin et Hawkins en fin de match donneront l'illusion qu'un retour serait possible. L'absence d'une défense fiable laissera toute latitue aux visiteurs de nous laisser à une longueur respectable. Limoges s'incline de 12 points.
Allez, on passe à autre chose.

UN SOIR SANS !

Pas grand chose à écrire sinon répéter que l'équipe n'a jamais été en mesure de rivaliser avec l'équipe visiteuse requinquée, jouant avec justesse en attaque grâce notamment à deux joueurs en état de grâce (Hornsby auteur de 33 points et Hallilovic inscrivant 28 points), bien aidés par Sene et Pinault. Le CSP, sans doute fatigué et sans inspiration, a cédé lors de la première période, pour essayer, autant faire se peut, de revenir en fin de match.
Les 40 lancers-francs sifflés contre Limoges résultent pour la plupart de l'absence de défense (joueurs en retard sur l'action), mais aussi dans une moindre mesure par une maîtrise du sifflet qui en ont laissé plus d'un goguenards. Combien de fautes non sifflées à nos amis de Nanterre. et surtout le fondement des fautes techniques sifflées contre nous.

Enfin, dans le contexte d'une équipe en difficulté, Ugolin et Shilling ont incontestablement montré qu'ils s'inscrivaient dans le cadre d'une monée en puissance positive. .Enfin, difficile de juger Kyzlink à ce stade, dans une équipe dominée et sans rythme.

SE REFAIRE à LUDWISGBURG !

Obtenir le match d'appui en Allemagne n'est pas une fin en soi. L'emporter pour accéder à la deuxième phase des poules de la champions league est dans les cordes de l'équipe. Oublier la belle prestation quasi parfaite aux deuxième et troisième quart-temps du match retour et le non match de ce soir.

Le CSP devra repartir d'une feuille blanche tout en gardant le même état d'esprit et le sérieux qui a permis à cette équipe de s'imposer maintes fois cette saison.
On est derrière vous !

  • Autour du match
  • Commentaires (28)