Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Oh Oh Oh c'est la DNCG !

Illustration

La chambre d'appel de la FFBB a tranché : sanction réduite au retrait de 2 victoires (et non 3) et amende de 10k€ (et non 15). Les dirigeants comptent saisir le CNOSF... tout cela devient pathétique, ils feraient mieux de courir les partenaires que les cabinets d'avocats ! Malgré tout le Donnadieu Goodbye Tour passe par Beaublanc ce weekend, ce sera l'occasion de revoir Desi RODRIGUEZ mais aussi de découvrir Ike UDANOH pour lequel coach K. a souhaité écarter Shittu. Présentation.

Après une semaine d'analyse et de vérification des comptes par la DNCG (qui compte d'ailleurs revenir début 2024... ça en dit long sur la fiabilité du dossier limougeaud !), le CSP reçoit Nanterre. Bien campé dans le classement avec 10V et 6D, ce club bien géré et surtout hyper stable au niveau du staff et des joueurs, s'avance en terres inconnus.

L'effectif :

La formation ineterne est mise à profit comme toutes les saisons. Comment économiser de l'argent en prenant des prospects et en les faisant jouer avec les pros. Comme cela on peut se permettre de prendre un ou 2 gros CV et ne pas tout dilapider dans des mercenaires comme au CSP.

Les meneurs :

Justin Bibbins : Il continue sa carrière au club. Arrivé de Pau, il a tout de suite répondu présent et le club a su lui donner un bon contrat pour rester. Il a les clés du camion, Coach Donnadieu lui fait une confiance aveugle comme avec tous ses meneurs. Fort de loin, en drive, à la passe, rien à jeter sur ce joueur si ce n'est sa taille. Un bon cas d'étude pour Lucas Beaufort.

Benjamin Sene : formé à Nancy (encore une belle école de basket), il s'est un peu cherché mais à Nanterre il explose et il est important dans l'effectif. Il a marqué un panier venu d'ailleurs pour l'emporter contre Gravelines le week-end dernier, ce qui montre toute la confiance qu'il a en lui. Un Bibbins avec un peu plus de défense mais un peu moins d'adresse.

Les extérieurs :

Joël Ayayi : Passé vite fait par la NBA (grâce à ses agents qui avaient bien fait monter la hype), il a bien eu sportivement raison de revenir en France au lieu de cirer le banc comme tant d'autres français. Bon défenseur, adroit de loin, athlétique et rapide balle en main. Du tout bon.

Juhann Begarin : un gros prospect drafté par les Boston Celtics (2ème Tour 45ème Choix), il n'a pas joué en NBA. Il a préféré acquérir de l'expérience et être sur le terrain avant de tenter l'aventure chez l'Oncle Sam. Gros défenseur, un peu le même profil de Ayayi, peut-être un peu plus rapide et plus athlétique.

Bastien Pinault : le sniper de l'équipe. 30 ans, formé à Pau, passé par Evreux, Chalon, Boulogne. Un bras comme on dit dans le jargon. Un beau duel avec Nicolas s'il est apte à jouer.

Les intérieurs :

Lucas Dussoulier : formé à Pau lui aussi, poste 4 avec un bon shoot de loin. Pas très athlétique mais suffisamment pour défendre fort. Une très bonne rotation, un gros rapport qualité prix.

Ibrahima Fall Faye : poste 5 qui progresse de saison en saison. 2m07, une grande envergure, bon au contre, solide sur ses appuis. Un beau jeu dos au panier.

Hamady Ndiaye : iI est passé par la NBA sans faire de stats de folie. Il fait de même à Nanterre. Il est juste là pour imposer son physique, il aide son équipe en posant des écrans, en prenant des rebonds et en dissuasion dans la raquette. 36 ans et toute l'expérience qui va avec.

Desi Rodriguez : bien connu à Limoges, il fait du Desi. Rebonds, points, défense, un très bon poste 5, dommage qu'il soit parti. Pourvu qu'il ne nous fasse pas trop mal.

L'analyse :

9 pro 5 espoirs avec du potentiel, et voilà comment former un bon effectif sans avoir à dépenser des million. La recette est connue, fiable et permanente.

Nanterre arrive avec une grosse victoire au buzzer, alors que Limoges vient de prendre la plus belle branlée de l'année mais de paradoxalement récupérer une victoire sur tapis vert. Une telle déconvenue ne serait pas acceptable à Beaublanc. Les joueurs nous doivent un match de très haute intensité et une victoire impérative. De toutes façons nous ne savons pas comment va se terminer la saison (ni même si nous aurons de quoi aller au bout... et non on n'exagère RIEN !), mais si au moins on peut s'en sortir au niveau sportif, après la partie financière devra d'adapter pour que le club ne finisse pas en NM3 et que l'on revive encore des années de purgatoire pour remonter au niveau actuel. Limoges est un grand club, il doit avoir des dirigeants à la hauteur et notre ville se doit avoir un club de très haut niveau. Si le CSP disparait du haut niveau, le LH sera en mesure de prendre sa place et la chute sera encore plus terrible, mais que vaut un monument du basket français à côté d'un caprice mégalo ?

  • Autour du match
  • Commentaires (24)